Par où commencer ? Ce fut une journée tellement riche en émotion… mais revenons en arrière de quelques semaines… Le 14 février dernier, après une violente chute à l’obstacle je me luxe l’épaule droite m’imposant un repos forcé pour au moins un mois et demi… pour moi tout s’écroule, j’ai peur de perdre le peu de condition physique que j’ai, puis je pense à Fischer qui va perdre aussi de sa condition s’il reste tout ce temps à ne rien faire.

 

Je laisse passer 20 jours pendant lesquels Fifi sera monté par une amie, fin février je vais voir mon ostéopathe pour un premier bilan, je lui dis que je veux remonter dès le 4 mars ( jour de la reprise de l’école pour Céleste ) il me dit que je dois faire selon ce que je ressens et que si je souhaite remonter il va m’aider. Ainsi je me remets en selle car j’ai secrètement un objectif, engager en dressage le 24 mars. 

 

D’abord je remonte en promenade ne souhaitant rien brusquer, mais une semaine plus tard je me réveille avec le nerf sciatique coincé, mon ostéopathe me reçoit deux jours plus tard, résultat sans surprise : bassin bloqué. Il en profite pour me faire des massages du muscle de l’épaule et continuer à me décoincer ( jambes, chevilles, vertèbres, etc... ) Je remonte à cheval le lendemain avec le bassin qui fonctionne mais toujours une entorse de la clavicule et une contracture du muscle de l’épaule. 

 

Les jours suivant je rentre dans un entrainement intensif, monter chaque jour en variant les séances et surtout en montant peu longtemps pour ne pas tirer sur l’épaule.

 

Mon souhait était d’engager en Club 3 GP pour ne rien m’imposer de trop contraignant et surtout avec la peur de me blesser à nouveau mais très vite l’évidence me saute aux yeux, je travaille les enchainements de la Club 2 GP et je sais que si je ne la déroule pas je vais le regretter.

 

Ainsi jour après jour, suivant un entrainement précis autant pour Fifi que pour moi j’ai senti qu’on retrouvait cette complicité si précieuse à mes yeux, il m’a offert les têtes au mur, les épaules en dedans, demi-tour complet sur les hanches… tant de sensations mais surtout de pistes pour le détendre et l’assouplir en selle, en parallèle je l’assouplie aussi beaucoup avant de monter et je lui masse le dos.

 

Aucun élément n’est laissé au hasard dans l’entrainement, je prends tout cela très au sérieux, on m’a dit «  ce sont que des épreuves club vas-y pour le plaisir sans penser aux résultats » mais ce n’est pas mon objectif, je veux progresser, avoir de bons protocoles, de bonnes notes, je pense justement que ces épreuves club sont là pour nous pousser dans la rigueur et dans la progression et bien sûr je vise le haut du classement car c’est aussi l’intérêt des concours, se mesurer aux autres. 

 

C’est ainsi que hier je suis arrivée au concours, comme toujours stressée et pour la première fois la Club 3 GP ne s’est pas bien passée. Avec le recul je pense sincèrement que cette reprise ne convient plus à Fifi, il s’ennui et toutes les transitions lui tapent vraiment sur les nerfs, c’est un cheval sensible et quand ça ne lui plait pas il le fait savoir. Ainsi durant toute la reprise il était derrière la jambe me perturbant complètement, je n’arrivais plus à m’assoir au trot, plus à l’incurver et j’ai fini par me tromper pour la toute première fois de ma vie. Le protocole ne fut pas mauvais malgré tout mais le juge a noté que Fischer était très contracté, je ne peux pas le nier c’est exactement ce que j’ai ressenti également. J’ai décidé d’effacer de mon esprit cette reprise car je sais qu’elle n’est pas le reflet de notre couple et que surtout la Club 2 GP nous convient parfaitement.

 

Il faisait chaud ce jour-là, et Fifi dû attendre longtemps au camion en plein soleil, mon épaule commençait à me tirer mais il fallait rassembler le meilleur de nous-même pour partir présenter cette nouvelle reprise.

 

A la détente je le trouvais particulièrement décontracté, il répondait parfaitement aux jambes et il était léger dans l’avant main toutefois je le sentais aussi très fatigué alors volontairement j’écourtais la détente.

 

Lorsque nous nous sommes présentés aux juges je sentais beaucoup d’ondes positives entre Fifi et moi, la cloche a sonné et nous nous sommes élancés. Il fut très disponible dès que nous sommes rentrés en piste, je voulais tout donner alors j’ai essayé de penser à tout, d’anticiper les enchainements, d’être particulièrement précise. Tout se déroulait de façon très fluide, c’était un peu bonheur ! J’ai conscience qu’il y a de nombreux points à améliorer, surtout ma position de jambes et mon trot assis, mais sur le moment je me sentais vraiment au top, j’avais la sensation que je pouvais tout réussir. 

 

Les principales difficultés ont été exécutées sans le moindre soucis, pour la première fois il a super bien fait les sessions, il avançait de lui-même et si j’étais meilleure cavalière on aurait pu faire encore mieux. La ligne courbe est vraiment un exercice difficile lorsqu’on a un cheval qui change de pied et qui en plus aime ça, mais j’ai vraiment soigné mon tracé en allant chercher X et mes deux lignes courbes m’ont valu 9. Les allongements furent timides mais ça je m’y attendais, les départs au galop manquaient de franchise, c’est un moment très délicat car je dois à peine le toucher sinon il part en bondissant, donc hier la difficulté fut de trouver la bonne sensation et hélas je ne l’ai pas assez accompagné donc il a pris son départ sans grande démonstration. Quant au pas moyen ou allongé on me reproche toujours sa qualité, c’est tellement décevant car c’est sa façon de marcher tout simplement, donc là j’ai eu 4, la pire note de toute ma vie !

 

Mais pour le reste tout était bien et laisse encore une belle marge de progression. Ils ont affiché les résultats vers 15h45 mais je refusais d’aller voir, je ne voulais pas descendre de mon nuage car il n’y a rien de pire que de penser qu’on a bien fait et que le juge a ressenti tout le contraire. Je savais que la première place était impossible, mais je n’espérais rien de peur d’être déçue… et la surprise fut totale, nous terminons 2èmesur 21 avec 68,16 %. Pour moi j’ai gagné car la cavalière qui a fini première montait merveilleusement bien et avait un super cheval Espagnol, c’était un bonheur de les regarder, donc je n’ai aucune honte à avoir quand on sait qu’à la maison je n’ai pas pu m’entrainer avec les lettres, que je n’ai pas une carrière aux bonnes dimensions, que j’ai l’épaule blessé, que je monte toujours seule et que je ne dois ma progression qu’à moi-même mais surtout à mon extraordinaire petit cheval qui me tire vers le haut de façon fulgurante ! 

 

Voilà le résumé de cette journée pleine de surprises ! On va continuer de s’entrainer très dur, lorsque je monte Fifi je le trouve déjà extraordinaire mais vous n’avez pas idée comme il est merveilleux lorsqu’il est monté par une cavalière expérimentée et cela est un booste incontestable pour moi, j’ai que cette image en tête lorsque je suis en selle, je veux obtenir le même résultat. Concernant la Club 3 GP je ne sais pas si je la déroulerai à nouveau… soit une dernière fois pour ne pas rester sur un échec, soit je l’abandonne complétement car je sais qu’elle est pénible pour Fifi, il a besoin d’un enchainement plus varié, donc affaire à suivre.

 

Merci Anna, tu es loin mais chaque jour je pense à toi et je ne pourrais jamais assez te remercier pour ce cadeau précieux que tu m’as confié. Merci mon époux qui s’occupe de toute la partie pénible de la gestion des écuries afin que je ne me blesse pas, sans son aide je n'aurais pas pu me rétablir aussi vite, merci aux filles pour votre aide et tous ces moments partagés à vos côtés, et clin d’œil à mon ostéopathe qui a compris l’importance de ce rêve, pour son grand professionnalisme et sa disponibilité ! 

 

 

Qui dit concours, dit produits de soin pour l'avant et l'après concours !
Et comme toujours je me suis entourée de produit Ravene, dont voici la sélection :
 

 


Ajouter un commentaire